Comment améliorer mon cash flow en 3 étapes ?
Retour au sommaire
blog

Comment améliorer mon cash flow en 3 étapes ?

La reprise économique qui tarde à se faire contraint les entreprises à surveiller leurs coûts en continu. La meilleure façon pour ce faire est d'améliorer le cash flow. Où est généré l’argent dans l’entreprise et où sort-il de l'entreprise ?

Le cash flow est l’artère de l’entreprise : ce n’est pas un hasard si c’est la première chose que regardent les financiers. Toute anomalie du cash flow doit donc être rapidement constatée, afin de pouvoir réagir rapidement et adéquatement. Aujourd’hui, je vais évoquer trois points d’attention qui améliorent vraiment le cash flow.

1. Fixez des KPI clairs

Pour donner à votre organisation les bons repères, fixez au préalable des KPI (Key Performance Indicators) clairs. Une bonne prévision, sur la base d'attentes réelles, est un must absolu pour que les managers responsables sachent où ils en sont.

Mesurer c'est savoir, dans ce cas également. Les KPI peuvent par exemple concerner le facteur DSO (Days Sales Outstanding). Dès qu’un client paie moins vite, l’entreprise peut réagir globalement en s’entretenant très rapidement avec le client.

Mais ces KPI doivent être surveillés en permanence, et adaptés si nécessaire. Analysez les résultats avec votre équipe, étudiez pourquoi certains objectifs sont réalisés et d’autres non. Vous obtiendrez ainsi automatiquement des points d’amélioration qui permettront d’optimiser la politique applicable au cash flow.

2. Surveillez le risque de crédit

Si l’argent rentre dans l’entreprise, c’est principalement grâce à vos clients. Et le client doit payer au plus vite, afin de faire rentrer l'argent. Mais votre client, lui, n’est pas de cet avis. Ce qu’il veut, c’est justement payer le plus tard possible, ce qui est meilleur pour son cash flow. Outre ce risque de paiement, vous encourez aussi un risque de crédit. Imaginez que le client ne paie pas du tout : c'est comme s'il vous empruntait de l'argent. 

C’est pourquoi une bonne connaissance des possibilités financières de vos clients existants et nouveaux est cruciale. C'est l’essence même du credit management moderne. Une telle connaissance limite votre risque de crédit dans une importante mesure, parce que vous évitez de travailler avec des parties qui ne sont pas solvables. Et de la sorte, vous détectez très vite les clients en difficulté et vous pouvez adapter votre politique (de livraison). Les solutions possibles sont par exemple une assurance-crédit ou l’obligation pour le client de payer à l’avance, ce qui se fait beaucoup dans la construction actuellement.

3. Leasing du matériel de l’entreprise

Le troisième point que je veux évoquer est la possibilité de prendre le matériel de l’entreprise en leasing. Si vous puisez trop dans vos fonds, cela peut entraver la poursuite de la croissance et du développement de votre entreprise. Avec le leasing, non seulement vous améliorez votre capital d’exploitation, mais vous encourez aussi moins de risques parce que dès le départ, les coûts fixes sont convertis en coûts variables pour le matériel coûteux de l’entreprise. L’argent pour le matériel nécessaire ne sort qu’au moment où vous avez vraiment besoin de ce matériel. Il existe toutes sortes de types de leasing et la plupart des sociétés de leasing offrent des solutions sur mesure.

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...