Financement du capital d’exploitation: la règle d’or du financement
Retour au sommaire
blog

Les techniques sale et leaseback / rentback améliorent les liquidités

Les techniques sale et leaseback ou sale et rentback peuvent aider à améliorer les liquidités de l’entreprise. Et les ratios financiers s’en portent mieux. Mais celles peuvent également faire apparaître les plus-values, qui peuvent ensuite contribuer à renforcer les fonds propres.

Le gouvernement montre comment fonctionnel le sale et leaseback

La technique du sale et leaseback a été abondamment commentée dans la presse lorsque le gouvernement a optimisé son budget avec des mesures uniques. Il s’agissait alors de vendre des bâtiments pour les louer ensuite.

Votre entreprise peut également profiter d’une telle opération de sale et leaseback, dans le cadre de laquelle elle vend un actif immobilisé, comme une machine ou un bâtiment, à une société de leasing, pour le reprendre ensuite immédiatement en usage, en concluant un contrat de leasing.

De meilleurs ratios financiers

Le grand avantage d'une telle opération, c’est que l’entreprise perçoit immédiatement l'argent de la vente à la société de leasing, ce qui améliore les liquidités et donc les ratios financiers de la société.

Le sale et rentback fonctionne de la même façon. Mais la société, qui peut à nouveau utiliser le bien, ne dispose pas d’une option d'achat à la fin de la période de location convenue. Avec le leasing, c'est bien le cas.

Générer une plus-value

Outre l'optimisation des liquidités, ces techniques présentent encore un autre avantage : elles offrent une possibilité de plus-value, découlant de la vente d'un actif immobilité pour un prix supérieur à la valeur comptable résiduelle. Mais vous devez alors opter pour le sale et rentback et non pour le sale et leaseback.

Dans le cas d’un sale et rentback, l’entreprise peut reprendre immédiatement dans son résultat la plus-value. Ce qui signifie que le bénéfice sera supérieur. Et celui-ci peut à son tour renforcer (temporairement) les fonds propres. Ce qui permet de tirer profit de l'application de la déduction des intérêts notionnels, bien que ceci sera compensé plus tard par des coûts locatifs plus élevés, qui seront repris dans les coûts et qui feront baisser les bénéfices futurs.

3 différences entre ‘sale’ et ‘rent’

Dans le cas du sale et leaseback, les choses sont différentes. Cette opération diffère du sale et rentback sur 3 points :

  1. Sur le plan comptable, la vente et le leasing portent sur la même chose et sont considérés comme un ensemble.
  2. Les biens pris en leasing sont en outre amortis parce qu'un leasing est considéré comme une propriété économique.
  3. Par rapport à la vente avec plus-value, les coûts d’amortissement seront plus élevés. C’est pourquoi la plus-value devra être reprise dans les comptes courants et être amortie chaque année comme des vases communicants, en fonction des amortissements effectués. Une même approche s’applique d’ailleurs aux moins-values.

Comment financer intelligemment votre entreprise?

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...