Simon Vanhoucke (Van Marcke): ‘We komen eigenlijk te laat om de klimaatdoelstellingen van 2030 te halen’
Retour au sommaire
blog

Simon Vanhoucke (Van Marcke) : « Nous arrivons trop tard pour atteindre les objectifs climatiques de 2030 »

Un acteur de premier plan comme Van Marcke n'ignore pas les problèmes climatiques actuels. « Les défis sont grands, mais en tant qu'entreprise, nous voulons donner le bon exemple et faire face aux problèmes actuels », explique Simon Vanhoucke de Van Marcke. C'est pourquoi le groupe a fait construire un nouveau centre de distribution à Courtrai en 2017 qui devrait être un modèle de durabilité.

Van Marcke, le grossiste qui s’est lancé il y a 90 ans à Courtrai, en Flandre occidentale, est aujourd'hui devenu un acteur international. Le groupe est connu pour ses salles de bains, installations de chauffage, matériel d'installation et équipements de bien-être, mais aussi pour ses solutions durables de chaleur et d'eau.

« L'écologie est très importante pour nous chez Van Marcke », souligne Simon Vanhoucke, responsable de l'innovation, de la stratégie et du développement de l'entreprise. « Aujourd'hui, tant au niveau de la famille que du groupe, mais aussi du secteur, il y a beaucoup à faire en matière de climat. La réalité est que, outre les transports, les maisons d’habitation sont l'un des plus grands pollueurs dans les villes. »

Malheureusement, il s’agit d’un sujet rarement abordé dans les détails. Vanhoucke, quant à lui, n’hésite pas à communiquer des faits et des chiffres. « Si notre pays a vraiment l'ambition de réduire ses émissions en termes de CO2 pour atteindre les objectifs climatiques prévus d'ici 2030, il est maintenant déjà trop tard. Il faut se concentrer sur le remplacement des vieilles chaudières polluantes. »

Téléchargez le dossier complet commerce de gros de matériaux de construction.

C368BE_Dossier-Grossite-Materiaux-De-Construction.JPG

Pompes à chaleur

« Nous pourrions encore résoudre ce problème en nous concentrant sur les maisons d'habitation. Il existe encore de nombreuses possibilités d’avancer. Et en même temps, cela augmenterait également considérablement le confort de vie des gens. Mais pour y contribuer, il faudrait remplacer environ 4 millions de chaudières d'ici 2030. Il faut les remplacer par une pompe à chaleur ou quelque chose de similaire. Cela signifie qu'en moyenne, nous devrions remplacer environ 360 000 chaudières par an. Comparez ce chiffre avec les 8 000 pompes à chaleur qui sont actuellement installées chaque année et vous verrez immédiatement à quel point nous en sommes. »

« Si nous voulons atteindre ce chiffre à tout prix, alors Van Marcke veut jouer un rôle de premier plan dans ce domaine. Passer à l’action sans plus attendre peut avoir un impact énorme. Mais cela signifie également que nous devons réussir à mettre ces produits sur le marché, à fournir des conseils et à mettre en valeur les avantages. Si nous ne le faisons pas, ce grand changement ne se produira certainement pas. »

Centre de distribution

En 2017, Van Marcke a commencé la construction d'un nouveau centre de distribution à Courtrai, qui est salué comme un modèle de durabilité. Le site est neutre en termes de consommation d’eau et d’émissions de CO2. Les services logistiques garantissent moins de déchets d'emballage et une réduction du nombre de kilomètres parcourus par des camions. Il dispose d’un refroidissement adiabatique qui, à base d'eau (de pluie) au lieu du gaz fréon nocif, maintient une partie des immeubles de bureaux à la bonne température. Le toit est équipé de 12 960 panneaux solaires qui produisent 3 816 720 kWh d'énergie verte, ce qui correspond à la consommation de 1 090 familles. De plus, le site est muni d’une installation de traitement d'eau avec une capacité de stockage d'au moins 500 000 litres, soit 90 jours de fonctionnement sans approvisionnement en eau via le réseau public.

Van Marcke 01.jpg

« Il s'agit du plus gros investissement jamais réalisé par Van Marcke », explique Vanhoucke. « Ce n'est pas seulement un projet prestigieux, mais également une déclaration. Nous sommes convaincus que nous devons prendre en compte notre empreinte écologique. Nous croyons aux nouvelles technologies et c'est pourquoi nous les utilisons également dans notre propre centre de distribution. C'est notre façon de montrer que le secteur doit se bouger pour jouer un rôle à cet égard. Bien que la politique devra également suivre les mesures de soutien nécessaires. »

« Nous recevons aujourd'hui beaucoup de signaux mitigés à cet égard. Tout le monde pense que le climat est important et la lutte est rude. Il suffit de penser à l'EPC qui doit être établi pour chaque logement. Mais en attendant, un taux d'imposition de 12 % s'applique toujours au charbon. C'est contradictoire. »

Réseaux de chaleur

Van Marcke souhaite également se concentrer sur les réseaux de chaleur. Un chauffage urbain ou un réseau de chaleur remplacera ainsi la chaudière de chauffage central.

« Il est encore dans sa phase initiale, le marché doit encore prendre forme », explique Simon Vanhoucke. « Cela ne change rien au fait qu'il existe clairement un potentiel dans cette autre forme de chauffage. Les premiers réseaux de villes apparaissent déjà ici et là. La chaleur n'est alors plus contrôlée localement dans l'habitation, mais régulée de manière centrale. C’est certainement possible à proximité des zones industrielles. La Scandinavie est beaucoup plus avancée dans ce domaine. Il ne faut pas s’attendre immédiatement de la Belgique qu’elle joue un rôle de pionnier à cet égard, mais il est certain qu'elle ne passera pas à côté. »

Téléchargez aussi la fiche sectorielle commerce de gros de matériaux de construction.

C367BE_Gsi-Grossiste-Materiaux-De-Construction-012020.JPG

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...