Vroeger ingrijpen redt bedrijven: lessen uit 8 jaar WCO
Retour au sommaire
blog

La gestion des risques, un concept clé dans le secteur du travail intérimaire

Le secteur de l'emploi intérimaire montre des chiffres financiers solides. Par exemple, 82 % des acteurs ne montrent pas de signal d'alarme. La gestion des risques est donc un concept clé dans le secteur. Elle fait partie d'une bonne gouvernance et est essentielle pour assurer la continuité. Pieter Van Hemele, co-PDG de Talentus, et Katty De Keyzer, directrice des opérations du groupe ASAP HR, expliquent comment les acteurs gèrent cela dans la pratique.

Téléchargez également la fiche sectorielle

Graydon Sector Insights : travail intérimaire

La gestion des risques permet à une entreprise de mieux anticiper les menaces éventuelles. Pour ce faire, il faut d'abord chercher où se trouvent exactement ces menaces et déterminer la probabilité qu'elles se concrétisent. Comment, en tant qu'entrepreneur, faites-vous face à cette situation si vous en êtes conscient ? C'est la prochaine étape. Enfin, il s'agit également de surveiller et de signaler les risques. C'est la seule façon de les contrôler efficacement.

« Dans une optique de gestion des risques, nous faisons la distinction entre différents types de clients », explique Pieter Van Hemele. « Nous soumettons chaque client à une analyse de solvabilité quotidienne. Pour ce faire, nous pesons le DSO par rapport à sa solvabilité. »

Risque étendu

Pour Talentus, la taille de l'entreprise n'a pas d'importance, seule sa solvabilité est pertinente.

« Nous n'avons pas de clients pour lesquels nous employons des dizaines de personnes. Les employés inhouse ne sont pas pour nous. Notre risque individuel par client est donc beaucoup plus limité qu'avec des acteurs tels que Randstad ou ASAP HR Group par exemple. Certaines parties ont un chiffre d'affaires d'environ 5 ou 6 millions d'euros. Si un tel client cesse soudainement de payer, vous avez bien sûr un problème de liquidité. Cela ne nous arrivera pas si facilement parce que nous n'avons pas de portefeuilles de clients aussi importants. Le risque est beaucoup plus réparti. »

Contrôle de solvabilité

ASAP HR Group a une approche légèrement différente pour se protéger contre les défauts de paiement et les problèmes de liquidité qui peuvent en résulter.

« C'est toujours l'agence locale qui fait une estimation du risque pris », explique Katty De Keyzer. « La direction locale effectue d'abord un contrôle de solvabilité pour chaque prospect. Graydon nous fournit des données sur la solvabilité et les perspectives de croissance. Nous avons besoin de ces données pour prendre les meilleures décisions. Bien sûr, nous voulons savoir si les entreprises avec lesquelles nous travaillons sont en bonne santé financière. Nous ne voulons pas nous attirer d'ennuis après coup. »

Chez ASAP HR Group, la prospection elle-même est souvent basée sur la connaissance que chaque agence locale a de sa région.

« Ce n'est pas parce que l'entreprise est fortement axée sur les données et contrôlée par le siège social qu'elle y parvient », précise De Keyzer. « Pas encore. Il est probable que ce soit le cas à l'avenir. En tout cas, nous y travaillons. »

La peur des starters n'est pas fondée

ASAP HR Group cible pleinement les valeurs établies en tant que clients. « Les grandes entreprises avec un nom et un chiffre d'affaires important ne comportent que peu de risques financiers. Elles font également l'objet d'une bonne surveillance. La seule chose qui peut arriver, c'est qu'ils prolongent le délai de paiement. »

Des recherches et études récentes, tel que l'Atlas du Créateur que Graydon publie chaque année en collaboration avec l'Unizo et l'UCM, montrent que 4 starters sur 5 sont toujours actifs après 4 ans. Il est vrai qu'ils sont financièrement fragiles, car ils ont souvent dû faire de lourds investissements. C'est pourquoi un plus grand nombre d'acteurs hésite à travailler avec des entrepreneurs en phase de démarrage.

« Toutefois, la nuance est de mise ici, car les starters peuvent souvent aussi être des clients très appropriés », explique Glenn Philips, expert du secteur. « Bien sûr, tout dépend de qui est responsable. Si le gestionnaire a des antécédents de faillites, la situation est complètement différente. À quel point l'entreprise s'est-elle endettée ? Il s'agit également d'une chose importante à savoir. Mais si nous ne voyons pas d'antécédents négatifs, Graydon a toutes les raisons de donner une note positive à ces jeunes entreprises. »

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...