7 conseils pour une lettre de rappel efficace
Retour au sommaire
blog

Le capital humain occupe une place de plus en plus centrale dans le secteur de l'emploi intérimaire

Ces dernières années, les entreprises ont accordé de plus en plus d'importance à leur capital humain. Investir dans le développement des employés a une influence positive sur l'innovation et toutes sortes d'autres facettes de l'organisation. Le secteur du travail intérimaire est également de cet avis. Talentus et ASAP HR Group prennent déjà des mesures pour développer et former les employés et les candidats. Dans cet article, deux chefs de file de l'industrie discutent des candidats. Dans un prochain article, nous parlerons des employés de l'entreprise.

Dans le domaine du capital humain, il y a eu des changements majeurs dans l'ensemble des effectifs au cours des dernières années. Non seulement la demande de candidats, mais aussi leur profil, leurs compétences concrètes et leur approche en sont le reflet.

Dans un passé pas si lointain, il y avait une pénurie d'entreprises avec des emplois vacants. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il y a trop peu de candidats pour pourvoir les postes vacants. Plus que jamais, les candidats font l'objet d'une attention particulière dans le secteur du travail intérimaire.

Du B2B au B2P

« Ce n'est plus le client qui paie la facture », explique Katty De Keyzer, directrice des opérations chez ASAP HR Group. « Le véritable client est l'intérimaire, ce qui devient de plus en plus évident dans notre approche et dans la politique que nous menons. »

« Cela nous oblige à revoir en profondeur certaines choses, comme notre marketing. Aujourd'hui encore, nous utilisons une approche orientée B2B, une approche à laquelle je ne crois plus. Nous évoluons vers une approche B2P, business-to-people, qui est beaucoup plus complexe dans la pratique. Contrairement aux entreprises, les candidats sont plus difficiles à connaître. Pour cela, nous avons besoin d'autres données, par exemple via Facebook et Google. Les habitudes de navigation doivent nous aider à optimiser notre communication avec les candidats. Aujourd'hui, nous y travaillons d'arrache-pied. »

Niches

Cependant, il y a plus de changements qui jouent un rôle dans le secteur de l'emploi intérimaire. Par exemple, leurs activités se concentrent de plus en plus sur le placement de personnes dans des marchés de niche. Il suffit de penser aux professionnels et aux ingénieurs spécialisés en informatique.

« L'approche généraliste pour attirer des candidats a depuis longtemps cessé de fonctionner. Et particulièrement auprès des millenials », poursuit Katty De Keyzer. « Aujourd'hui, tout le monde veut être traité sur mesure. Mais il est impossible de le faire en tête-à-tête sans l'aide de données. Je crois également aux chatbots et à d'autres techniques pour nous moderniser davantage. »

Relation humaine

« De plus, la relation humaine demeure importante. Nous devons adapter notre approche à notre groupe cible. Nous permettons aux jeunes de postuler via WhatsApp ou SMS, par exemple. Vous trouverez peut-être cela impersonnel, mais ils voient les choses complètement différemment et cela fonctionne. Contrairement au téléphone, qui est souvent beaucoup plus difficile pour eux. Nous ne demandons pas non plus à un travailleur de se présenter dans une vidéo ou via Skype. Cela ne fonctionne pas. N'oublions pas que nous travaillons principalement avec un groupe cible qui a de la difficulté à se vendre sur le marché du travail. Sinon, ils n'auraient pas eu besoin de nous. »

Flexibilité

« Nous pensons qu'il est important de regarder au-delà du profil objectif de quelqu'un », déclare Pieter Van Hemele, co-PDG de Talentus. « Nous constatons que les candidats n'ont parfois pas le bon diplôme, mais qu'ils ont la capacité de relever de nouveaux défis. Aujourd'hui, les études d'une personne ne déterminent plus forcément ce qu'elle fera pour le reste de sa vie. En cela, le marché du travail permet une plus grande flexibilité qu'auparavant. Les personnes qui font le même travail depuis dix ans et qui en ont marre peuvent maintenant chercher quelque chose de nouveau. »

D'autre part, les employeurs ont leur propre conception de la flexibilité du travail intérimaire.

« Les employeurs trouvent tout à fait normal qu'ils aient besoin de dix personnes aujourd'hui, de soixante demain et de seulement cinq le lendemain », dit Katty De Keyzer. « En tant que secteur, nous avons de la difficulté avec cela. Mais il faut également se mettre à la place du candidat. Faut-il s'étonner qu'il ne veuille plus travailler pour vous si vous ne pouvez lui offrir aucune sécurité ? »

Inconvénients de la flexibilité

Il y a aussi des inconvénients à la flexibilité, qui affectent la qualité du rendement au travail.

« Les gens sont à peine formés, donc l'efficacité et la productivité ne sont jamais optimales. Cela mène à des situations absurdes. Je peux comprendre que certaines entreprises aient un besoin variable de candidats. Mais il y a aussi des gens qui reçoivent un nouveau contrat tous les jours pendant quatre ans. Et ce n'est pas possible. »

Téléchargez également la fiche sectorielle

Graydon Sector Insights : travail intérimaire

C317BE_Graydon-Sector-Insights-Travail-Interimaire.JPG

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...